vos commentaires

Mes textes sont faits de mots qui jalonnent un chemin jusqu'à vous et vos commentaires sont les fleurs qui le bordent. Plantez à votre guise, bonne ou mauvaise herbe, je ne rase rien, mais j'apprends de la nature ... humaine.
Vos commentaires sont une empreinte de vos pensées...

7 avr. 2017

Interview Mandy Fabret



Interview 3: avec Mandy Fabret



Préambule à mes interviews
L’envie de faire des interviews m’est venue à force de côtoyer virtuellement certains auteurs, certaines romancières sur les réseaux sociaux. Ainsi que des artistes que j’ai eu la chance de croiser sur les chemins où menaient mon blog au détour d’un article.
Principalement sur twitter je l’admets, mais pas que.


Curieux de découvrir leur univers au-delà de leur(s) œuvre(s). Entrevoir par leurs mots, les ondes qu’ils reçoivent au quotidien et qui nous affectent à travers leurs œuvres (littéraire, art moderne, photographique…)

Ainsi donc je vous présente à travers mes interviews un peu de ces auteur(e)s, artistes, qui m’ont touché par leur(s) création(s) ou leur esprit dans leurs interventions sur les réseaux sociaux à un moment ou un autre.
C’est pourquoi mes interviews commencent toujours ainsi:

Bonjour Mandy
C’est avec un grand plaisir que je te reçois (virtuellement) sur mon blog.

Hello, Plaisir partagé

Pour celle et ceux qui ne te connaissent pas encore, nous allons faire en sorte que cela change durant cette interview.
Ton premier roman «Entre vous et moi» est en ligne chez Librinova.com et d'autres  (et disponible en version brochée) depuis le 14 novembre 2016, je l’ai adoré.

Lecteur de romans autoédités depuis six mois, ton livre, cette aventure entraînante, est le premier que j’ai lu dans ce style (enfin pas vraiment, mais l’autre je l’ai pas terminé) et ce ne fût que du plaisir.

Bref, vous pouvez lire ici ma chronique sur «Entre vous et moi» pour vous faire une idée.

Je pense même que ton livre devrait être prescrit pour les fins de journées merdiques que tout mortel subit un jour ou l’autre. C’est un peu une sorte de grimoire magique, qui une fois ouvert, nous transporte ailleurs dans des décors exotiques aux cotés de personnages très… charismatiques finalement!

Arrête tu vas me faire rougir… non je déconne tu peux continuer

Alors c’est parti mademoiselle Fabret!

1 / Tu as écrit «Entre vous et moi», tandis que j’ai créé «Entreview et moi», y vois-tu un signe quelconque? (rire) Moi oui, celle d’une très bonne interview!

Tu ne crois pas si bien dire puisque à l’origine Entre vous et moi n’était pas le récit d’une psy mais celui d’une journaliste donc il aurait pu s’appeler Entreview et moi, hihi.
Et puis tu as été le premier à chroniquer mon livre. Une chronique que j’adore et qui restera de loin ma préférée^^

2 / Mandy c’est ton vrai prénom je crois

Oui j’aime beaucoup mon prénom, apparemment il s’agissait d’un des personnages de la série Dallas, Mandy Winger, une grande et belle brune c’était un prénom fait pour moi (même si je suis légèrement plus petite qu’elle… bon ok beaucoup plus petite mais on ne va pas chipoter pour 20/30cm)

Effectivement Mandy, la Mandy Winger de Dallas était une grande belle brune, maîtresse (mais pas d'histoire) de J.R Ewing!

Tu approches la trentaine à un ou deux ans près!
Corriges-moi si je me trompe (mais pas version latex et fouet,j’suis pas d’humeur pour les morsures).

Ouf ça me rassure car il aurait fallu que j’achète du matériel et que je sorte mes crocs de vampire;)
J’entre dans ma 29ème année et je compte avoir 29 ans pour plusieurs décennies, un peu comme Miss Fine.


Et je crois avoir lu que tu prenais des notes pour tes romans, en grec ancien, tu te prends pour la professeure Jones? Ou cela t’hérisse les poils de savoir que l’on pourrait lire tes notes?

Ce n’est pas vraiment du grec ancien, c’est l’alphabet grec mélangé avec du grec ancien et d’autres langues. J’aime me compliquer la vie. 
Pourquoi ce code? Tout d’abord pour éviter qu’on lise derrière mon épaule car même involontairement tout le monde le fait (même moi) pas par curiosité mais par réflexe. Egalement, c’est un "langage" qui m’inspire, je ne saurai expliquer pour quelle raison. 
C’est peut-être aussi car je suis une méga fan d’Indiana Jones et de Sydney Fox. D’ailleurs, c’est pour cela que je voulais être prof d’histoire (avant de me rendre compte que la réalité ne correspondait pas du tout à la fiction).

3 / Tu as mis dix ans à écrire ton premier roman, alors, entre toi et nous, dis-nous:

Durant toutes ces années tu rêvais d’un glorieux jour où ton roman atterrirait entre les mains de milliers de lecteurs? Ou bien avais-tu ce souffle intérieur qui te poussait à achever l’aventure de tes personnages, comme si leurs vies dépendaient de toi ? (cruelle tragédie morale solitaire propre aux auteurs)
Ou autre? Soyons fou! Mais que te disais-tu qui insufflait cette persévérance aux fils des ans?

Dix ans, ça c’est de la gestation! Je peux rester un an ou plus sans écrire une seule ligne ou au contraire rédiger une centaine de pages en quelques semaines. Je n’aime pas forcer l’inspiration. Ecrire pour écrire ne m’intéresse pas. Mes idées me viennent au fur et à mesure, ce sont mes personnages qui choisissent leur destin (même si certains d’entre eux ne pensaient peut-être pas finir la tête au bout d’une pique) donc j’attends qu’ils se décident à me parler. 

Le plus bavard reste sans aucun doute ce bon vieux Sam. A l’origine son histoire était une nouvelle mais quand il a su que j’écrivais un roman il a tout de suite voulu en faire partie. 
Aucune tragédie dans mon écriture, je ne suis pas de ces auteurs qui n’écrivent que dans leurs moments torturés. 
J’ai écrit Entre vous et moi non pas pour qu’il soit lu mais pour qu’il soit vu. Je ne l’ai jamais véritablement considéré comme un livre mais comme un film, c’est peut-être pour cela que beaucoup trouve qu’il y a trop de personnages et que les histoires sont un peu difficiles à suivre.
Pour répondre à ta question j’ai surtout écrit pour que mon roman atterrisse entre les mains d’un réalisateur (l’espoir fait vivre).


4 / Cette question que j’affectionne (car j’aime connaître vos ego-trip!)
Te sens-tu plus lectrice ou auteure en cette année 2017?

Si tu m’avais posé la question l’année dernière j’aurais répondu plus auteure que lectrice car paradoxalement je déteste lire. J’ai tellement lu par obligation (études, concours) que lire pour le simple plaisir était une idée aberrante. 
Puis je suis devenue une auteure auto éditée, j’ai découvert qu’il y avait énormément de personnes dans le même cas que moi que j’ai pris de plus en plus de plaisir à lire leur livre, à parler avec eux etc… j’ai retrouvé ou simplement trouvé le goût de la lecture grâce à l’auto édition et à la communauté twitter. Donc en 2017 je suis plus lectrice qu’auteure.

5 / Tu as choisis l’autoédition pour publier ton roman. Satisfaction or not satisfaction?
Etre ou ne pas être auto édité? Quel plaisir ou facilité y trouves-tu? Ou quelle déconvenue?

Satisfaite car mon livre est publié grâce à cela.
Insatisfaite car s’auto-éditer a un coût plus élevé que je ne l’aurais pensé et se faire connaitre s’avère compliqué. Egalement, les gens ont la critique beaucoup plus facile quand il s’agit d’un livre auto édité, ils ne nous considèrent pas comme de « vrais auteurs » et surtout ils nous soutiennent moins que si nous avions «la crédibilité» d’une grosse maison d’édition et je trouve cela dommage.

6 / J’ai été très friand de tes personnages dans ton roman. Aucun ne se ressemble si on exclut la moralité. Dix ans pour peaufiner leurs personnalités, leurs descriptions, leurs aventures.
Et très sincèrement le pari est gagné. Tu as écrit un roman aux chapitres hétéroclites où chaque héros a sa force «d’évasion». Evasion pour le lecteur car individuellement ils sont captivants.

J’aimerais que tu nous livre une (des) anecdote(s) sur un (des) événement(s) de ta vie réelle qui a (ont) mené à l’écriture de scène ou de personnages du roman.

Houla, il y en a tellement.
Le titre par exemple "entre vous et moi" est une réplique extraite du spectacle d’Elie Kakou dont je suis fan!
J’ai eu l’idée du personnage de Marcus en regardant le dernier Highlander (pas très originale je l’avoue)
Les goûts culinaires, littéraires, cinématographiques, musicaux de Samantha sont évidemment les miens.
Hormis les prénoms principaux, j’ai utilisé les noms, prénoms, dates de naissances, infos persos des membres de ma famille.
En fait, il y a de moi et de ma famille dans chaque personnage et dans beaucoup de scènes mais je risquerai de parler tellement que tu finirais par faire de cette interview un roman.

7 / Auteure auto éditée ça commence avec une «accroche virtuelle» lors de la parution du premier roman, mais pas uniquement!
Te livres-tu au jeu des séances de dédicaces ? Si oui, tu nous en parles ? Si non, tu as l’intention de te lancer dans cette aventure, rencontrer tes lecteurs conquis et des nouveaux lecteurs?

Mise à part signer les exemplaires des membres de ma famille, je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer des lecteurs et de leur dédicacer des livres (d’ailleurs je ne sais jamais quoi écrire) mais je vais participer à mon premier salon le 1er mai 2017, à Redessan dans le Gard, j’ai hâte. Et puis je ne pense pas avoir un public aussi important que tu le laisses supposer.

8 / Cela commence à se savoir, tu as dessiné la couverture de ton premier roman. Et chose à part tu as annoncé l’écriture du tome 2 et 3. Pour leurs couvertures, tu réitère l’expérience?

Malheureusement oui. Je persiste et signe. J’adore dessiner (même si je n’ai absolument aucun talent pour ça), j’aurais voulu être douée là-dedans mais il n’y a rien à faire. Les frais de l’auto édition étaient déjà tellement importants que je me suis résignée à réaliser la couverture moi-même donc pour rester dans la continuité, les autres tomes seront de la même main.
Qui sait peut-être qu’un jour, on appellera ça la «Mandy’s Touch». Après tout, je suppose que Picasso n’a pas rencontré un succès immédiat. Bien évidemment si entre temps une ME ou un graphiste passe dans le coin et veut s’en charger pour la "gloire" je suis toute ouïe.

9 / A propos du tome 2 et 3 justement, puisqu’ils sont en cours d’écriture, des nouveaux personnages? Tu nous en parles? Un scoop sur un événement qui touchera l’un des personnages que nous connaissons?

Oui il y a de nouveaux personnages et des anciens qui reviennent. Forcement Sam et Lou seront à encore de la partie. C’est difficile de se débarrasser d’un pirate! Dans ces tomes, je revisite plusieurs légendes et faits historiques européens…

10 / En lisant ton roman nous plongeons dans des univers divers et variés qui prennent place par le biais de personnages extravagants et pétillants pour la plupart. Inévitablement une question s’est posée à moi: Mandy est-elle une extra-terrestre, un être doté d’un filtre arc en ciel sur son regard?
Une femme qui nous balade aux quatre coins de la planète ou d’ailleurs même, à travers un roman aussi délirant, ne peut qu’être tout aussi exubérante dans la vie!

Absolument, je crois encore aux contes de fées et aux licornes, pas toi?^^
Dans ma tête, je suis absolument d’un autre temps, d’un autre monde (peut-être celui des bisounours) mais dans la vraie vie je suis très avenante, une vraie pipelette mais je sais être discrète.

Et cela va finir par se savoir, je suis un grand curieux donc… voici ma question:
Mandy gothique chic, sorcière, bref, Mandy cosplay, on en parle, on n’en parle pas? Tu veux donner une adresse web à nos lectrices et lecteurs?

Haha, ça sent la recherche. Serais tu un descendant du célèbre Sherlock Holmes ou du encore plus célèbre…. Columbo?? Une adresse web non, mais voici une photo qui en dit long sur la folie qui m’habite. (ma crédibilité risque d’en prendre un coup mais j’assume)



J’ai été gothique mais juste pour la beauté des corsets et du make up dark puis je suis devenue prof et plus classique. J’adore également les cosplay et les déguisements en général et tout ce qui touche à la création (je couds assez bien pour me faire de jolies robes, fabrique des objets qui ne servent à rien, customise des trucs encore plus inutiles et je m’obstine à vouloir dessiner sur papier et sur l’ordi (les mauvaises habitudes sont tenaces)).


11 /Un dernier mot, pour tes lecteurs/lectrices, ceux qui t’ont soutenu ou les éventuels abrutis qui t’auraient miné le moral durant cette aventure?

Un mot cela risque de faire court mais si tu m’autorise un petit paragraphe:

A ceux qui m’ont lu et qui me soutiennent, merci beaucoup, je suis extrêmement touchée que mon «précieux» ait plu à quelques-uns d’entre vous.
Aux autres, bah je ne sais pas bien quoi dire on ne peut pas plaire à tout le monde. Ce qui est dommage c’est que l’on retienne seulement les commentaires négatifs. Même si nous n’avons pas aimé un livre, il y a forcément un détail qui a plu, tout n’est pas à jeter donc essayez de vous concentrer sur les points positifs et vous ferez des heureux (ça marche aussi pour la vie quotidienne, il faut toujours voir le bon côté des choses, c’est mon côté un peu trop optimiste)

Nous voici donc au bout du questionnaire, mais pas au bout de notre rencontre chère Mandy!

Car dans ma dernière interview, j’avais annoncé une question «délicate» que j’avais nommée «Fantasme littéraire» et qui serais dorénavant dans mes questions.

(j’ai peur de lire la suite).

Mais de fil en aiguille, de pensées en délires, j’ai supprimé celle-ci avant même qu’elle n’existe (étrange comportement je l’admets!). Et finalement, c’est l’un, de mes fantasmes littéraires qui va prendre vie, du moins si tu le permets!
Alors voici ma demande, que tu es libre de refuser sans aucun soucis sache le.

Mon premier fantasme littéraire serait de lire un texte, une nouvelle, ou n’importe quel délire qu’un auteur (en l’occurrence toi aujourd’hui) aurait écrit bien avant son roman. Tout écrivain qui se respecte a dans ses tiroirs, son Word, ses cahiers, un texte écrit au gré de ses humeurs, de ses envies, de ses pulsions.

Mon deuxième fantasme littéraire serait de lire un morceau de roman en cours d’écriture, comme la suite d’un tome 1 par exemple, découvrir par sa description, un nouveau protagoniste de l’histoire ou tout autre morceau croustillant. (Pas en grec ancien par pitié, ne me mouche pas sur ce coup!)

12/ Voici donc ma douzième et facultative question
Es-tu prête à réaliser l’un de mes deux fantasmes littéraires en ce qui te concerne et lequel?

Si oui, nous conclurons cette rencontre sur ce texte et je t’en remercie infiniment

Ce 2ème fantasme risque d’être difficile à réaliser car une page du nouveau tome en révélerait beaucoup trop il faudra être patient (rire sadique) mais je fais au plus vite ne t’inquiète pas.

Mes vieux écrits d’ado sont surement cachés dans un carton au fin fond du grenier mais je serais incapable de les retrouver. Je peux tout de même te proposer ce poème qui date de 2014 il me semble. Avec j’ai même gagné un concours et en y repensant il n’y avait aucun lot à la clé. J’ai participé pour la gloire dira-t-on^^

Merci à toi pour cette interview et pour chacun des compliments dont elle est délicieusement garnie. Je me suis beaucoup amusée à répondre à tes questions.

C'est moi qui te remercie pour ces confidences.  Tu as ce pep's qui te caractérise tant, ce fut un plaisir d'échanger avec toi Mandy ! (et tes photos, c'était bonus, merci)
Et si je te dis, reviens quand tu veux sur le blog... tu sais de quoi je parle, la porte est grande ouverte!

Nous conclurons donc sur ce poème que tu as bien voulu nous faire parvenir (il est extra!).

Dure réalité   par Mandy Fabret

Au bal d’hiver elles étaient de nouveau invitées

Elles, les princesses du royaume enchanté.

Elles ont dansé, chanté et ri toute la soirée, Heureuse de retrouver leurs amies d’antan.

Tout était magique, féérique et pourtant Ceci n’était que mensonge et faux semblant.

Les belles robes et les doux sourires Ne parvenaient guère à dissimuler leur soupires

Car de tels moments de joie n’étaient pour elles que de lointains souvenirs.

Ces jeunes filles qui nous ont tant fait rêver en avaient bel et bien fini avec les contes de fée.

En même temps, leur ennui ne devrait pas nous étonner,

Comment croire que des adolescentes aient pu réellement choisir de vivre une vie si peu charmante?

A leur âge on espère faire partie d’une histoire plus palpitante,

On aspire à de longs voyages pour découvrir d’autres cultures et d’autres paysages,

Ou tout simplement, s’allonger dans l’herbe et contempler les nuages…

Hélas quand on est une princesse on ne fait pas ces choses-là!

On doit se contenter d’un «ils vécurent heureux» et voilà?

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les récits ne vont pas au-delà?

C’est comme si leur vie après le mariage n’avait plus aucun intérêt

C’est comme si leur vie prenait fin avant d’avoir commencé.

Blanche neige et Cendrillon

Ont retrouvé leur balai, leur chiffon,

Aurore est retournée se coucher

Tandis qu’Ariel a encore tenté de se suicider

Jasmine, quant à elle, porte désormais le voile

Et pleure chaque nuit en regardant les étoiles,

Enfin Belle noie son chagrin quotidiennement dans l’alcool

Et tout le monde au village la traite de folle.Que reste-t-il donc de leur joie, de leur gaité légendaire?

Que reste-t-il du temps où elles étaient célibataires?

Au bal des princesses, on les a vu danser, rire et chanter

Pour se rappeler de cette liberté qu’on leur a volé.




Pour vous procurer Entre vous et moi, c'est ici



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est ici que cela se passe...