vos commentaires

Mes textes sont faits de mots qui jalonnent un chemin jusqu'à vous et vos commentaires sont les fleurs qui le bordent. Plantez à votre guise, bonne ou mauvaise herbe, je ne rase rien, mais j'apprends de la nature ... humaine.
Vos commentaires sont une empreinte de vos pensées...

6 mars 2017

Badass Versus P'tits Cons

"Vingt-cinq jours avant le Chaos" de Corinne B.Dupuis



Hello toutes et tous!
Aujourd'hui je reviens avec un roman auto-édité qui a participé au concours littéraire "Badass" sur le site Madmoizelle.com, en collaboration avec la plateforme d'auto-édition Bookelis  durant l'année 2016 (bah non, je mets pas le lien), il s'agit de "Vingt-cinq jours avant le chaos" de Corinne B.Dupuis.
Roman suggéré par la très chère Laura D, j'ai tenté l'aventure et force est de constater que ce livre ne m'a pas laissé sans réaction, vu que j'en fais à présent une chronique.

Avec Vingt-cinq jours avant le chaos nous plongeons dans la peau d'une ado/adulte qui nous narre son existence à travers des épisodes destructeurs vécus dans un quotidien familial sordide.
De sa naissance à sa majorité, comme prise dans un étau de méchancetés et de rabaissements, l’héroïne va subir l'écrasement moral de ses parents.

Une haine qui prendra forme et vie dans la noirceur de ses douleurs. Une douleur psychologique que son père et sa mère prennent plaisirs à entretenir à travers des actes délibérément cruels.
Un sadisme parfois glauque niché au sein du saint des saints, le noyau familial.
Ainsi donc, entre rabaissement et privation, l'héroïne va se vêtir du pire des habits, la solitude, la différence aux regards des autres, la noirceur.
Ainsi naîtra la badass.

Aujourd'hui par la bonne grâce de mon esprit (souvent chahuté par les phases lunaires) calme et non sujet aux ondes occultes pour le coup. Je vous livre le résumé original sans le passer au vitriol.

Lana vient d'avoir dix-huit ans. Au lycée elle n'a pas d'amis, et pour cause : Lana fait peur. Les profs, les élèves, la trouvent bizarre, et la cicatrice qui lui barre la joue est l'objet de toutes les rumeurs. Tout ça lui va très bien tant qu'on la laisse tranquille. Maltraitée par ses parents depuis toujours, Lana s'est forgé une armure pour se protéger du monde. Mais quand Louis, un garçon du lycée, s'intéresse à elle, elle tombe vite amoureuse.Peut-être aurait-elle dû être plus prudente...

C'est donc avec ce bagage et une fureur probablement étouffée que Lana va rentrer au lycée.
Crainte et admirée, car telle est la rançon des marginaux, des "badass" ('sérieux c'est quoi ce mot pourri!?) elle va évoluer parmi ce flot tumultueux de boutonneux et boutonneuses. Clafoutis vivants dont le quotidien est nourrit de frasques et de fresques théâtrales où l'humiliation est leur péché mignon (sacrés ados).

Mais badass ou pas, l'amour frappe à toutes les portes, même les plus blindés aux émotions sentimentales. (surtout lorsque la tendresse n'a pas fait partie de son existence).
C'est ainsi que...
Ouais ok, je vais pas tourner autour du pot, alors je vous fait un topo du scénario à ma sauce.

Lana va rencontrer Louis, un charmant garçon dont on ne peut pas réellement dire qu'elle va tomber amoureuse (et dont finalement on ne dira plus qu'il est charmant). Disons que va débuter une gentille idylle et surtout "une mise en confiance" de Lana.

Je ne vais pas spoiler ni vous raconter le roman, mais s'ensuit un "drame".
L'humiliation rapproche parfois (en vraie pas trop, non) les humiliés en troupeau... (comme les 2 Be 3, non je déconne, paix à leurs âmes. Comment ? ils ne sont pas tous mort !? Ah putain rendez-nous Bowie et prenez les autres à la place!)

Me serais-je égaré??
Bref!
Un drame, une humiliation et voilà notre héroïne fomentant une vengeance. Pour cela elle fera alliance avec d'autres victimes (c'était ça le rapport avec le troupeau) ayant subit un préjudice similaire au sien, celui de l'humiliation vous l'aurez compris.
C'est à ce moment que pour moi le roman s'est scindé en deux.
Une première partie où l'auteure nous dresse le portrait de son héroïne, flirtant sensiblement avec une noirceur d'âme, conséquence d'une enfance sans amour. Cette première partie m'avait laissé penser que le roman traiterait de ce genre de "situation", d'existence.

M'imaginant que l'auteure (ou Lana) irait jusqu'à exhumer ces (ses) vieux démons d'une enfance foiré par deux cons qui servent de parents, je m'attendais à une descente aux enfers dans l'introspection d'une Lana torturée par son esprit vrillé émotionnellement.

Que nenni, car Vingt-cinq jours avant est un roman au tons léger d'un Young adult.
L'histoire qui aurait pu partir dans une courbe obscure, fait soudain volte face avec cette union quelque peu édulcoré.
Ce n'est pas pour autant que le roman perd de son intérêt, car il soulève un problème réel existant au quotidien pour certains jeunes. Je veux parler des petits cons qui abusent d'une manière ou d'une autre, à un stade ou un autre, de l'intimité, la confiance, que peuvent leurs accorder une jeune femme.
S'organise alors des opérations vengeresses de différentes envergures (même si la réciprocité est bien moindre dans les actions entrepris à l'encontre des garçons). D'ailleurs, étrangement l'une de vengeance n'est pas narré en détail, j'ai trouvé que cela manquait vraiment et je ne comprends pas pourquoi celle-ci a été abrégé. Il s'agit de la vengeance au cercueil, vous me direz votre impression à ce sujet!

Vingt-cinq jours avant le chaos est donc pour moi un roman distrayant avec une amorce sur un thème profond qui est le parcours d'une âme devenant sombre par rage. Et aborde également l'une des multiples contrariétés qu'un être humain peut subir durant son "évolution" au sein de la société, parfois gorgée de futurs salauds.
Je reste persuadé que ce roman ne peux être interprété de la même manière par tous les lecteurs, donc, je m'en vais voir de ce pas les autres chroniques!


Pour vous procurer ce roman, c'est par ici.










1 commentaire:

  1. En fait quand tu écris une chronique, c'est presque un roman ! Tu t'y mets quand ??

    RépondreSupprimer

C'est ici que cela se passe...