vos commentaires

Mes textes sont faits de mots qui jalonnent un chemin jusqu'à vous et vos commentaires sont les fleurs qui le bordent. Plantez à votre guise, bonne ou mauvaise herbe, je ne rase rien, mais j'apprends de la nature ... humaine.
Vos commentaires sont une empreinte de vos pensées...

5 févr. 2017

Patriote comme...

... Bleu Blanc Pétard.




A la maison lorsque ma chérie lit mes articles, il lui arrive parfois de me glisser cette phrase: 
"Ne parles tu  pas un peu trop souvent de drogue dans ton blog?"
A cela mon esprit pragmatique tente de quantifier ce qui idéalement répondrais à une dose raisonnable d'une drogue quelconque à injecter dans mes articles.
Sans pour autant les inonder à l'instar de la station Barbès-Rochechouart.

Pour répondre à cette délicate question il m'a fallu un minimum m'investir pour en avoir un point de vue objectif. La lucidité n'étant plus conviée mais congédié après absorption dudit produit, j'espère ne pas écrire trop de vérités, conneries pardon.

Armé d'une cigarette thaïlandaise au bec et bien décidé à trouver la voie de la justesse, j'ai plongé dans mon tiroir aux trois cents CD. Jim, Jim, Jim où es-tu?
Voilà! trois CD de Morrison dans la chaîne Hifi devrait me fournir un fond sonore propice à la réflexion.

Dès que Jim exulte ou hurle ses démons ma thaïlandaise crépite au rythme de la basse.
Comme cadencée par ce tempo lent aux couleurs psychédéliques.
La fumée cotonneuse opaque qui me fait face me semble être un petit esprit malin qui me sourit ironiquement.
Se jouant de moi après m'avoir inoculé son poison et s'être éjecté de mon corps pour me regarder en face et rire de son méfait.

Il me fallait néanmoins répondre à cette foutue question. Quelle dose restait convenable pour ne pas choquer mes adorables lecteurs et gentilles lectrices?

A présent Jim voulait qu'on lui montre le chemin du Whisky Bar. Ouais, on avait tous nos soucis quoi!

Sans faire d'association mais pour en revenir à nos moutons, la semaine dernière entre deux expositions j'étais passé faire un petit saut au cimetière du Père Lachaise. Et en y repensant je sais que nombre de personnes se rendent encore après quarante ans sur la tombe de Jim Morrison pour y fumer un gros pétard à sa mémoire (qu'ils perdent aussi sec!). Et toutes générations confondues. 
Et cela, sans se prendre la tête!


Photo venant de ma balade au Père Lachaise ce fameux jour
Veillez à ne pas vous mettre dans des états peu convenables tout de même.




Et après étude on constate que la France est le pays d’Europe le plus consommateur de cannabis.
Nous devrions sans doute revoir notre caricature du français avec le béret la baguette et le litron de pinard. Il serait judicieux de lui rajouter un joint je pense.

Alors avec nos stats et nos constatations, où dois-je placer la barre (de shit) dans mes propos?
Et puis fatalement j'en viens à cette réflexion sur les artistes et la drogue. Phénomène bien réel constaté de visu, lorsque je me suis retrouvé nez à nez avec une poupée volante sur laquelle deux ailes avaient été greffées. (En photo dans cet article)

Il est tentant de se dire que c'est un phénomène de mode, se cachant ainsi derrière des excuses bidons.
En parlant de phénomène de mode il en est un qui s'est refait peau neuve face aux nouvelles générations.
Il s'agit de l'ecstasy. Produit qui connut son heure de gloire dans les raves-party . Etant "passé de mode", considéré comme drogue de fête de leurs parents, l'ecstasy s'est gentiment fait une image has been (comme cette expression d'ailleurs).
Même si sa disparition est en grande partie due à bien d'autres causes, bref!

Celui-ci est revenu sur le marché sous le nom de MDMA. Nouveau nom, issu en fait de la molécule principale de l'ecstasy, nouvelle gueule et voilà les dernières générations qui se targuent d'avoir la dernière drogue à la mode.

Bien sûr il existe une catégorie de personnes qui s’offusquent encore de la consommation de drogue douce telle que le cannabis en France. (et heureusement)
Mais je dois plaire à la plus grande partie possible, alors je me dois d'en parler pour en définir les limites.

Que répondre à ma chérie (même si c'était pas vraiment une question en fait!)?
Que sans excès il n'y a pas de plaisir!
Qu'une révolution se mène avec un drapeau rouge et non pas blanc!
Que dans l'absolu mes limites sont comme celles de l'univers? Pas encore définies!






4 commentaires:

  1. Come on baby, light my fire...!

    RépondreSupprimer
  2. Tu vas nous préparer une chronique pour le début de semaine prochaine??!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le cimetière du Père Lachaise,oui 😊

      Supprimer

C'est ici que cela se passe...