vos commentaires

Mes textes sont faits de mots qui jalonnent un chemin jusqu'à vous et vos commentaires sont les fleurs qui le bordent. Plantez à votre guise, bonne ou mauvaise herbe, je ne rase rien, mais j'apprends de la nature ... humaine.
Vos commentaires sont une empreinte de vos pensées...

20 oct. 2016

Pulsion Littéraire

L'inspiration Érotique




L'érotisme dans les livres, ah quel formidable univers. Dans lequel nous trouvons de tout ça va de soi  ! Passerelle sur le plaisir individuel, outil de "fantasme" plus discret et soft qu'un film, dans les esprits. Mais il ne faut pas se méprendre, la description parfois "crue" d'auteur(e)s rejoint le vulgaire de certaines scènes cinématographique peu séduisantes si l'on cherche de la sensualité dans le sexe littéraire. A l'instar des lecteurs tous les styles d'érotismes littéraire existent, du plus poétique au plus crade, du coquin au super vicieux, du soft au plus hard en passant par le plus sensuel, le plus chic !

De manière déstabilisante, certaines écrivaines "excellent" dans la transposition de leur imaginaire sexuel à leurs textes...  Ah oui, je vous vois venir. J'ai écris "écrivaine", avec un "e" sans même laisser un soupçon d'éventuelle prouesse érotique aux écrivains, aux mâles !
Je n'ai pour réponse que ceci: je m'appuis sur mes nombreuses lectures érotiques, certes qui datent, mais où j'ai vite penché systématiquement pour les auteures, déçu direct par deux ou trois romans érotique écrits par des hommes. ( Libre à vous de me contredire, ce n'est que ma vision des romans érotiques et pas une science exacte sortit de ma caboche ) Bref !

Revenons à nos vices... et délices !
La qualité des scénarios, la manière dont les rapprochements, les contacts physique sont amenés dans l'histoire, à son importance. Une vive entrée dans le sujet, à mon goût, n'est pas des plus plaisant à lire, du moins je parle pour ceux ou celles qui écrivent l'intégralité de leur roman érotique de la sorte.


Chimiste Hormonal littéraire...  sans en avoir l'air.


Certaines, donc, ont un don pour nous mettre dans un état... d'excitation tout bonnement. Alors c'est comme tout, si on ouvre un livre érotique avec une libido ras des pâquerettes, il falloir tomber sur le bon bouquin pour y trouver un peu de rêve, à l'inverse si vous êtes chaud(e) bouillant(e) la moindre description de caresse sexuelle plus ou moins bien ficelée va subtilement accélérer votre rythme cardiaque. Mais c'est bien plus que cela, il s'agit d'un assortiment d'hormones ( tel un stand de macarons multicolore ) qui va ou qui est passé au shaker.

Alors si l'ocytocine est à la littérature romantique et l'endorphine avec un soupçon de dopamine sa quête ultime.
On peut avancer ( sortit de ma caboche là c'est certain ) que l'adrénaline couplé aux testostérones est à la littérature érotique dont les glorieuses conséquences psychique écrasent notre taux de sérotonine et pour conclure simplement: nous restons excités avec tout ce que cela comporte.
Du bout de leur clavier, leur stylo, des auteur(e)s sont capable d'appuyer sur les boutons de notre système limbique et de commencer à nous faire choisir des petits macarons de toutes les couleurs dans la vitrine ( vous allez vous taper un hormone-bag, assortiment chimique des plus sympathique ).
Pour ce qui est du style d'érotisme écrit, les avis, les préférences, les envies, les désirs, les attentes sont tellement variées que l'on trouve de tout. Tous les vices et fantasmes y trouveront leur bonheur ( pourvu que l'on soit patient ). 

De l'autre côté du miroir





Mettre des mots sur des corps pour y susciter le désir, le bien-être finalement. Faire d'une page l'épiderme d'un corps où les phrases ne seraient qu'une intimité artificielle crée pour le lecteur dont la lecture serait l'autre partenaire qui donne vie à ce récit, ce fantasme.
Exercice habile et simplissime pour les êtres doués dans le récit érotique, tel des maîtres Shibari maniant les cordes avec précision et dextérité, ils parviennent à nous ligoter de leurs phrases stimuli d'une zone érogène bien précise: notre esprit.

Ou tour de force pour d'autres qui use de cérémonials. Comme la lecture érotique à outrance afin d'avoir des pensées dans ce sens, sources d'inspirations. Pour d'autres la prise de drogue les propulsant dans des méandres de mots et de gestes et postures érotique d'où ils doivent trouver la bonne combinaison dans un imaginaire fantasque parfois.
D'autres encore, tel des boxeurs se préparant pour un combat pro, prônant l'abstinence, afin de préserver l'énergie sexuelle, pour la déverser (entendons-nous) ce coup-ci dans des pages qu'ils noircissent, scène de leur fantasme accumulés.
Evidemment il y a ceux qui pratiquent pour s'inspirer, avoir l'âme coquine, simplement.

Quoi qu'il en soit, le récit érotique est un art à lui tout seul capable de suggérer en nous des émotions que les autres romans ne peuvent atteindre.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est ici que cela se passe...